Livres

juin sur avril, 2017

Quarantaine, 2014

Västerås, 2012

gouttes ! lacets, pieds presque proliférants sous soleil de poche Vol. I, 2005

gouttes ! lacets, pieds presque proliférants sous soleil de poche Vol. II, 2005

troubles.120 précisions.expériences, 2005

 


I   juin sur avril (livre intégral), publication prévue pour le printemps 2021.  

 David Altmejd, The Flux & The Puddle, 2014 (partial view)

Entre 2014-2019, ma recherche poétique a tourné autour de l’émergence des émotions et comment celles-ci créent de l’esprit.  Nourrie par les dernières avancées en neurosciences, mon travail d’écriture s’est articulé à partir de The Flux and the Puddle (2014), une sculpture de David Altmejd. Il a mené à  juin sur avril, un livre qui suit de près la transition horoscopique d’une femme bélier (avril) à une femme gémeaux (juin). La métamorphose est mesurée au jour le jour à l’intérieur du corps par des plongées microscopiques dans le cerveau, le sang, les organes, l’oeil, les jambes et les pieds. La sculpture d’Altmejd co-oriente l’interprétation et la mise-en-scène. Thématiquement, juin sur avril pose des questions sur la destination du corps (de l’esprit/ de l’âme), sur ses possibilités d’extension à travers l’imaginaire (de nombreuses oeuvres d’artistes visuels, d’auteurs et de compositeurs accompagnent l’écriture), sur la non-distinction entre réalité et imaginaire, sur la tentative de devenir aérienne. Le livre offre une vision en même temps très lucide et mystique de notre corporéité, lié par d’infimes relations à l’univers proche et lointain. Formellement, l’écriture propose des poèmes hybrides de versification variée, qui sont autant de propositions performatives dans une langue qui se veut innovatrice. 

Plus d’information sur la forme et le fond du projet poétique, ici :  juin sur avril

 

II    juin sur avril / juni over april
Ch. 1, eds. bibliophile bilingue (fr/néerl.), Druksel Gand, 2017, 48 p.

Un 1er chapitre est sorti en 2017 aux éds. druksel. Les très belles éds. druksel ont accompagné et publié une édition bilingue bibliophile (français-néerlandais) d’un 1er chapitre de juin sur avril

Achetez Ici

 

III  “miniatures”, juin sur avril, EXTENSION

Une collaboration avec l’artiste d’animation Alexander Schellow (miniatures (EdR)  et QUALLE (AS)) est en préparation pour la revue PLACE https://www.place-plateforme.com/presentation/index.html

juin_sur_avril_kupka

Extraits

juin_surçavril-1

 

 

Frantisek Kupka, Compte de pistils et d’étamines

REVUES

  • Que mon désir cherche sa flamme très haut, très bas. La phrase poétique dans le ch 3 de juin sur avril“, dans Formes Poétiques Contemporaines / La phrase, n°13, PUL, 2018-19, pp. 133-137un 
  • Adolescente extrait de juin sur avril (à Serj Tankian), dans Formes Poétiques Contemporaines / La phrase, n°13, PUL, 2018-19, pp. 138-146
    Extrait de Juin sur Avril, dans Conséquences n°2, 2017.

ENTRETIENS

  • Entretien avec Martine Renouprez (Université de Cádiz/Espagne), Elke de Rijcke, 10 ans de poésie, Eds. des Associations des Universités Francophones, 2017.
  • Entretien avec Jan Baetens, à partir de Västerås sur l’ensemble des livres de poésie publiés jusqu’à présent, Formes Poétiques Contemporaines, été 2016.
  • Entretien avec Gérald Purnelle (ULG – Université de Liège), Emission mensuelle sur la poésie, RadioPanik, Emission réalisée par Mélanie Godin, novembre 2015.

 

Quarantaine
Tarabuste ; 2014, 85 p.
ISBN 978-2-84587-296-7
Elke de Rijcke

paysage

 

 

 

QUARANTAINE est un volume de poésie qui donne une perspective sur ma/la quarantaine. Ce volume se situe dans la prolongation de Västerås (Le Cormier, 2012). Or, alors que Västerås dressait le bilan des abîmes d’une désémancipation généralisée, par le biais d’Andréï Tarkovski et de Pierre Reverdy, Quarantaine focalise sur les questions de l’amitié et de l’amour. Le livre se construit autour de deux chapitres, Du Pays Noyé de Saeftinghe – Journal d’une amitié (2005) et Tribunal Miniature. Épée – Journal d’un amour (2004-2007). Du Pays Noyé de Saeftinghe suit les méandres d’une amitié artistique qui éclot lors d’un voyage à Saeftinghe, réserve naturelle saumâtre à la frontière de la Belgique et des Pays-Bas. Tribunal Miniature est le récit d’un amour impossible, où le dévouement et le sacrifice d’une femme sont impuissants face à la manipulation et l’avidité de son amant.

Les deux textes sont avant tout des tentatives de prise de parole dans des états émotionnels intenses. La mise-en-langue et la mise-en-image sont informées par les traces des spectacles de Romeo Castellucci, à qui le livre est dédié. La parole se veut performative, percutante et explicite, mais aussi sensorielle et sensuelle, selon les enseignements de Marina Tsvétaïéva, de Franz Kafka et de Kees Ouwens.

Tout comme Västerås, Quarantaine approfondit les possibilités du journal poétique. Le livre s’est voulu une recherche sur la forme, le ton et le contenu du récit poétique, sur la position biface du je, qui est à la fois immergée et observatrice clinique des événements.

Quarantaine clôture une suite de volumes de poésie qui creusent la question du désir dans ses multiples aspects, initiée par troubles. 120 précisions. expériences (Tarabuste, 2005) et gouttes ! lacets, pieds presque proliférants sous soleil de poche (2 volumes, Le Cormier, 2005), et suivie de Västerås (Le Cormier, 2012).

 Tables des Matières  /  Extrait

quarantaine_1

Revues

Extrait de du pays noyé de saeftinghe (Quarantaine), dans la revue espagnole Serta, n°10, sld de Antonio Dominguez, septembre 2010.
Extrait de du pays noyé de saeftinghe (Les Généalogies Imaginaires 1), dans Anthologie de la poésie française contemporaine bilingue (Finnois-Français), Helsinki, 2010 (traductrice Kristina Haataja).
Extrait de Quarantaine, du pays noyé de saeftinghe (Les Généalogies Imaginaires 1), dans Il particolare, Marseille, été 2008, pp. 91-97.
“suis-je devenue votre homme et femme, la vase de vos affects, androgyne”, extrait de tribunal miniature et grâce à toi (Les Généalogies Imaginaires 2), dans Double Echange, dossier spécial sur les poésies francophones, 2007
.
“à vous qui à tort ne me protégiez”, extrait de tribunal miniature et grâce à toi (Les Généalogies Imaginaires 2), dans La Polygraphe, n°36-38 (Incipits), Eds. Comp’Act, octobre 2005, pp. 297-306.

Critiques

♣ Critique de Quarantaine, Poezibao, par Philippe di Meo, le 2 mars 2015
 Critique de QuarantaineCahiers Critiques de Poésie, 29/3, par Franck C. Yeznikian, janvier 2015
 Critique de Quarantaine, par Vincent Tholomé, “Bleuettes de haute voltige”, Les Carnets et les Instants, n°184, déc. 2014-janv. 2015, p. 51.
 Critique de Quarantaine, “Vertiges de L’Amour”, par Jean-Paul Gavard-Perret, décembre 2014
 Extraits de Quarantaine dans Anthologie permanente de Poezibao, juin 2014

Achetez Ici

 


 

Västerås. DARK PASSAGE. Journal d’une désemancipation
Le Cormier, Bruxelles, 2012, 85 p.
Elke de Rijcke
ISBN 978-2-930231-78-5


A la fois portrait et récit, ce livre est tout d’abord le journal poétique d’un séjour à Västerås, ville près de Stockholm. Je m’y suis rendue en 2006 pour m’imprégner des paysages du Sacrifice, le dernier film d’Andreï Tarkovski. Västerås est l’espace-temps non maîtrisable où s’esquisse au fil des heures la rencontre insaisissable avec la voix et le corps du cinéaste, éparpillés à travers les champs, rivés aux lacs et résolus dans les nuages. A la façon d’un séismographe, l’écriture enregistre le champ magnétique de cette expérience qui transforme dès l’arrivée en Suède mes capacités de perception cognitive et sensorielle. Or, Västerås est aussi le temps d’un bilan de ma quarantaine, un temps qui se retourne sur 20 ans de vie d’adulte. Retour au goût suspect d’une émancipation devenue impraticable par un temps de mauvaise conjoncture. L’écriture y évalue le tracé, l’état et la valeur des éléments qui ont déterminé ma vie : la poésie, l’amour, le travail, les amitiés, la féminité. Västerås est le livre-extraction d’un âge qui plonge dans la durée tout comme dans l’instantané d’une vie, à travers l’aventure du journal et de la phrase poétique.

DSC01167

Table des Matières / Extrait 

vasteras_1

Revues

Extrait de västeras (Les Généalogies Imaginaires 3) dans (H)apax en ligne, Revue des littératures expérimentales, Reims, hiver 2009 (http://www.hapax-magazine.fr/).
Extrait de västeras (Les Généalogies Imaginaires 3) dans  Tacles et Coups francs, Anthologie de la jeune poésie de langue française, Eds. La Rivière échappée, Cahiers Babel heureuse, été 2009.
Extrait de västeras (Les Généalogies Imaginaires 3) dans (H)apax, Revue des littératures expérimentales, Reims, été 2008.

“mais vous persistez d’épine”, extrait de västeras, (Les Généalogies Imaginaires 3), dans Triages (arts et littérature), Vingt-trois poètes et Reverdy vivants, textes réunis et présentés par Antoine Emaz, Tarabuste, printemps 2008, pp. 99-117.
Extrait de västeras (Les Généalogies Imaginaires 3), dans Gare maritime, Revue écrite & sonore de poésie contemporaine, Anthologie 2008 de la Maison de la Poésie de Nantes, printemps 2008 (+ cd lecture), pp. 20-22.
“avant les apparitions”, extrait de västeras (Les Généalogies Imaginaires 3), site-web de l’Académie des Lettres du Québec, 2007

Critiques

Critique de Västerås par Martine Renouprez à l’Université de Cadiz, Espagne, 2017
Critique de Västerås  par Antoine Emaz, Cahiers Critiques de Poésie, Centre International de Poésie Marseille, 2014, p. 103.
Critique de Västerås, Katelijne De Vuyst, “Reis naar Västerås”, suivie d’une traduction de 7 poèmes par Bart Vonck et Katelijne De Vuyst,  Poëziekrant, octobre 2014 (en néerlandais), p. 66-71
Critique de Västerås, par Jan Baetens, sur Le Cormier, 2013
Critique de  Västerås par Jan Baetens, dans Les Impressions Nouvelles, juillet 2013.
Critique de Västerås, “Un naufrage” par Vincent Tholomé, dans Le Carnet & les Instants, avril-mai 2013, p. 92.
♣ Critique de Quarantaine, Poezibao, par Philippe di Meo, le 2 mars 2015
 Critique de QuarantaineCahiers Critiques de Poésie, 29/3, par Franck C. Yeznikian, janvier 2015
 Critique de Quarantaine, par Vincent Tholomé, “Bleuettes de haute voltige”, Les Carnets et les Instants, n°184, déc. 2014-janv. 2015, p. 51.
 Critique de Quarantaine, “Vertiges de L’Amour”, par Jean-Paul Gavard-Perret, décembre 2014
 Extraits de Quarantaine dans Anthologie permanente de Poezibao, juin 2014 

TRADUIT

2020:

Sélection de poèmes de Västeras traduits vers l’anglais par Chris Tananescu/Margento, lus par le traducteur  lors d’un événement livestream #GraphPoem@DHSI2020, le 5 juin 2020, 

de 12:40-16:35,  https://www.facebook.com/Margento.Official/videos/258782398561197/

#GraphPoem @DHSI 2020 MARGENTO

Publiée par Margento sur Vendredi 5 juin 2020

2015-2014

Sélection de Västerås vers l’anglais par Genji Amino, pour le site de Poetry International Amsterdam, une initiative de la Communauté française de Belgique/Promotion des Lettres (Mélanie Godin), à la suite de la nomination de Västerås pour le Prix Triennal de Poésie 2014 (prix décerné à Serge Delaive), 2015. http://www.poetryinternationalweb.net/pi/site/home

Sélection de Västerås, traduits vers le néerlandais par Katelijne de Vuyst et Bart Vonck, Poëziekrant, octobre 2014, pp. 68-71.

Sélection de Västerås, traduits vers le néerlandais par le collectif de traduction français-néerlandais de Passa Porta, Maison Internationale de Littérature, Bruxelles, saison 2013-2014.

Acheter ici

 


 

gouttes ! lacets, pieds presque proliférants sous soleil de poche, volume I
Le Cormier, Bruxelles, 2005, 67 p.
&
gouttes ! lacets, pieds presque proliférants sous soleil de poche, volume II
Le Cormier, Bruxelles, 2005, 105 p.
ISBN 978-2-930231-52-5
Elke de Rijcke

 

The Descent from the Cross_detail

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout comme troubles (2005),  GOUTTES ! PIEDS PRESQUE PROLIFERANTS SOUS SOLEIL DE POCHE  ( I + II) part de la matière de mon vécu.  Le double livre prend son départ à la fin de ma grossesse et continue sur les premières années de ma maternité. Si le livre s’enracine dans les réalités de cette période qu’il observe et questionne, il décolle en même temps de cette réalité à travers l’imaginaire que celle-ci a généré. Un de mes défis a été d’être extrêmement précise quant à chaque expérience, qu’elle soit émotion, sensation, pensée, imagination, souhait, prise de position.

DSC01165DSC01153

La problématique tourne autour de deux expériences hautement paradoxales, celle du nouveau-né et très jeune enfant, et celle d’un deuil. Cette double expérience très intense amène en masse des souvenirs, questionne des valeurs, implique l’entourage, pour s’étendre ensuite aux environs proches et lointains, engager des objets, inclure les arbres, l’herbe, embrasser la terre, les animaux et le ciel. Le corps, l’âme et l’esprit sont saisis dans leur déplacement permanent, dans leur réorientation respective, leur lutte et leur nécessité de survie, poussés par la volonté de transformer une identité qui glisse vers une autre phase de la vie.

Formellement, le livre se développe comme 6 songes poétiques à partir de quelques vers du poète italien Andrea Zanzotto. Les songes oscillent entre réalité et rêve, prolongent les tons, couleurs, rythmes, formes et caractères de Zanzotto, mais s’inspirent aussi de certains aspects de Marina Tsvétaïeva. gouttes ! se questionne constammant sur la délicatesse et de l’honnêteté du ton, sur la création d’un nouveau sublime contemporain par le ton poétique. Le livre tente de relever ce défi dans des poèmes dynamiques et fort architecturés, tantôt courts, tantôt longs. Poèmes comme autant de descriptions de moments où tout converge, se décide, peut basculer, développés comme une vision caléïdoscopique. L’écriture, au plus près de l’expérience, agit comme un instrument d’opération, une sorte de greffe des vécus, mais aussi comme moyen de connaissance pour s’ériger en un véritable mode performatif d’intervention.

Tables des Matières  / Extrait

gouttes_vol2_page10

Entretiens

♣Entretien sur troubles et gouttes ! pour l’émission de poésie Dans les draps des mots, Nantes, en collaboration avec La Maison de la Poésie de Nantes, février 2007
Entretien avec Florence Pazzottu autour de troubles, gouttes et Les Généalogies Imaginaires, sur Poezibao, le 25 avril 2006

Critiques
Critique de troubles et de gouttes par Paul Badin dans N4728, n° 14, juin 2008.
Critique de gouttes ! lacets, pieds presque proliférants sous soleil de poche par Antoine Emaz, dans Les Cahiers Critiques de Poésie n° 13, Centre International de Poésie de Marseille, 2007, p. 186.
Critique de gouttes ! lacets, pieds presque proliférants  sous soleil de poche, dans Les Carnets et les Instants, revue de littérature de la Communauté française de Belgique, novembre 2006.
Critique de gouttes ! lacets, pieds presque proliférants sous soleil de poche, sur Sitaudis, par Dominique Quélen, août 2006.
Critique de gouttes et de troubles, dans Le Matricule des Anges, par Emmanuel Laugier, n° 75, juillet 2006, p. 50

TRADUIT

2007 : “[Me against the dikes]” ( [Moi contre les digues] ), traduit vers l’anglais par le poète américain Joe Ross, dans How2, revue anglophone de littérature féminine, Summer 2007, Volume 3, Issue 1. (http://www.asu.edu/pipercwcenter/how2journal/vol_3_no_1/translation/gouttes.html).

Acheter ici

 


 

troubles.120 précisions.expériences
Éditions Tarabuste, Coll. DOUTE BAT, 2005, 158p.                                                                                                    
ISBN 2-84587-099-x

josefa & rosa blazek

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TROUBLES. 120 PRÉCISIONS. EXPÉRIENCES est un livre où s’articulent minutieusement plusieurs types d’expériences, vécues dans un intervalle de trois mois, pendant une période des plus troubles de mon existence qui correspond, tel que je la comprends rétrospectivement, à une émancipation émotionnelle forcée et imposée.

Rythmé à la façon d’un journal de bord (sans lieux ni dates, mais en conservant un certain caractère documentaire), concentré moins sur les faits de l’époque que sur les expériences induites par les faits, troubles donne voix et forme aux expériences intimes d’une femme (expériences amoureuses et érotiques, corporelles et mentales, étranges mais limpides) qui, par un concours de circonstances, ont émergé en moi et m’ont plongée profondément dans l’âme.

DSC01159 DSC01161

 

Le poème, tel un sismographe, se fait l’instrument d’une exploration de ces expériences, traversées le plus souvent de façon hyperconsciente, puis prolongées dans le corps et par l’imaginaire. Or, l’imaginaire formulé ici reste toujours proche et fidèle à l’expérience qui l’a généré. Troubles est le récit de poèmes documentaires, dans la mesure où la force de la réalité a été pour moi plus puissante que celle de l’imaginaire.

Les poèmes se développent le plus souvent en série. Ils sont construits autour d’un noyau spécifique (ex. le ton) et d’une expérience particulière accompagnant ce noyau (ex. expériences visuelles et tactiles). Cette construction résulte en une table des matières très organisée, à considérer comme autant d’entrées de poèmes. Chaque poème cherche à dire, voire à traquer son expérience en transformant l’espace du texte en une scène de théâtre où l’expérience est formellement ‘exorcisée’. Cette exorcisation se fait par une certaine mise en scène de la voix, par le rythme, par les incisions qui mettent en valeur le caractère paradoxal de l’expérience et surtout l’approche hésitante que j’en ai, par un système de rimes et de correspondances très travaillé, puis par l’insertion d’images qui renvoient à la génèse de certains textes. troubles est le voyage personnel des montées et des descentes d’expériences fiévreuses qui m’ont habitée, et que je dirais tout aussi bien euphoriques, légères et agiles, qu’inquiétantes, révoltées et déréglantes.

Tables des Matières  / Extrait

   

Entretiens

♣Entretien sur troubles et gouttes ! pour l’émission de poésie Dans les draps des mots, Nantes, en collaboration avec La Maison de la Poésie de Nantes, février 2007
Entretien avec Florence Pazzottu autour de troubles, gouttes et Les Généalogies Imaginaires, sur Poezibao, le 25 avril 2006
 Entretien avec Martine Renouprez (Université de Cádiz/Espagne), Elke de Rijcke, 10 ans de poésie, Eds. des Associations des Universités Francophones, 2017.
Entretien avec Jan Baetens, à partir de Västerås sur l’ensemble des livres de poésie publiés jusqu’à présent, Formes Poétiques Contemporaines, été 2016.
Entretien avec Gérald Purnelle (ULG – Université de Liège), Emission mensuelle sur la poésie, RadioPanik, Emission réalisée par Mélanie Godin, novembre 2015.

Critiques

♣Critique de TROUBLES. 120 PRÉCISIONS. EXPÉRIENCES par Jean-Pascal Dubost, dans Les Cahiers Critiques de Poésie n° 12, Centre International de Poésie de Marseille, 2006, p. 153.
♣Critique de TROUBLES. 120 PRÉCISIONS. EXPÉRIENCES par P. Beurard-Valdoye dans la revue électronique Sitaudis, janvier 2006.
♣Critique de TROUBLES. 120 PRÉCISIONS. EXPÉRIENCES
sur Remue.net, par Ronald Klapka, décembre 2005

TRADUIT

2008: Sélection de poèmes de troubles. 120 précisions. expériences et de gouttes ! lacets, pieds presque proliférants   sous soleil de poche traduits vers le néerlandais et présentés par Katelijne De Vuyst, dans Poëziekrant, Gand, Été 2008

Acheter ici

___________________________________________________